25 juin au 3 juillet, festival de la low-tech

25 juin au 3 juillet, festival de la low-tech

Le Low-tech Lab a toujours prôné depuis sa création la nécessité d’apprendre par le faire. Le festival low-tech et le village de 1600m2 qui s’installeront quai d’Aiguillon à Concarneau du samedi 25 juin au dimanche 3 juillet se veulent être une vitrine vivante de l’innovation et des savoir-faire low-tech. Chacun pourra toucher, tester, expérimenter, … en un mot « faire ».

Au programme :

  • 13 conférences et 5 projections
  • Présence sur le village d’acteurs de la low-tech et de démonstrateurs
  • Des créneaux de visites proposés pour les scolaires la semaine
  • Un programme de formations et de stages « hors les murs »

Le déroulement dans le détail

Le festival de la low-tech débutera par un week-end de rétrospective pour l’association Low-tech Lab, avec comme préambule, une conférence sur la(es) définition(s) de la low-tech* dès le samedi 25 juin à 14h30. Une conférence de cadrage au cours de laquelle les experts du domaine interviendront et qui sera aussi l’occasion d’introduire ces neuf jours dédiés à la thématique. À 16h00 le même jour, le catamaran-laboratoire Nomade des Mers, dont Corentin de Chatelperron est le skipper, passera le symbolique « passage » derrière la Ville close, marqueur de son retour à son port d’attache après six années autour de la planète à la recherche des meilleures low-tech. Samedi soir et dimanche, l’équipage et l’équipe du Low-tech Lab reviendront sur les grands apprentissages des explorations et expérimentations sur la scène du festival.

Par la suite, la semaine sera consacrée à l’étude des leviers de passage à l’échelle de la low-tech. De l’action citoyenne abordée dès le lundi soir, aux actions des institutions territoriales le vendredi soir, le cycle de conférences organisé par le Low-tech Lab abordera également mardi la question de la low-tech dans l’enseignement, et jeudi celle de la démarche low-tech au sein des structures et organisations.

Enfin, samedi 2 juillet sera l’occasion d’échanger avec les acteurs du territoire à l’occasion de trois tables rondes : low-tech et mobilité, low-tech et architecture, et enfin, low-tech et agriculture.

Le programme dans le détail.

* La low-tech :
Le terme low-tech est employé pour qualifier des objets, des systèmes, des techniques, des services, des savoir-faire, des pratiques, des modes de vie et même des courants de pensée, qui intègrent la technologie selon trois grands principes : utile, accessible et durable.