Le patrimoine bâti, victime du progrès

Après la seconde guerre, la France a connu plusieurs décennies de modernisation qui ont marqué profondément son économie et son territoire.
Crédits : Aleksandrs Tihonovs/amoklv (photo de gauche) et irstone (photo de droite).

Après la seconde guerre, la France a connu plusieurs décennies de modernisation qui ont marqué profondément son économie et son territoire. Cette marche vers le progrès a permis une amélioration du confort des logements mais elle a aussi engendré une importante dégradation du patrimoine architectural, ce qui n’a pas été le cas dans tous les pays.

par Jacques Beaumier

J’ai grandi à Grenoble dans les années 60, et je revois la vétusté d’un centre historique laissé à l’abandon tandis que s’édifiaient à quelques pas les Trois Tours de cent mètres de haut aujourd’hui labellisées « Patrimoine du XXe siècle ». Quelques années plus tard, le “blockhaus” de la nouvelle maison du Tourisme venait masquer, au cœur du centre ville, la belle façade du Lycée Stendhal. J’ai vu démonter les vitrines de bois des anciennes boutiques pour les remplacer par des cadres d’aluminium, recouvrir les façades 1900 des Galeries Modernes de dalles de béton et, plus tard, détruire la brasserie Belle Époque “le Grand Café” pour en faire un fast-food.

lire la suite ici ..

 

 

Jacques Beaumier partage ses réflexions sur l'artisanat.
Crédit : Florent Regnault

 

Jacques Beaumier, artisan abonné au magazine Village, détient un atelier-boutique dédié à la peinture naturelle. Il a souhaité partager avec les lecteurs de Village ses réflexions personnelles sur l’évolution de l’artisanat et du patrimoine et les  enjeux humains, économiques et environnementaux aujourd’hui. Si vous souhaitez lui faire part de vos réactions, vous trouverez son contact ici